fr en es pt
astronomie
 
 
 
 
 
 
      rss astronoo   à propos   google+     
 

Zoom sur notre galaxie

Voyage au centre de notre Galaxie

   Catégorie : galaxies
Mise à jour 01 juin 2013

La partie centrale de notre Galaxie, comme on la voit depuis l’Observatoire Paranal de l’ESO, est d'une extrême richesse.
L’incroyable beauté des images, qui nous parviennent, est essentiellement due à la qualité exceptionnelle du ciel du site d’observation de l’ESO. C'est sur ce site que se trouve justement le télescope (VLT) de l’ESO.
Cette mosaïque, en couleur réelle, de la région centrale de notre Galaxie, a été assemblée par Stéphane Guisard, ingénieur à l'observatoire de Paranal, à partir de 1200 images. L’image montre la région du ciel allant de la constellation du Sagittaire (l’Archer) à la constellation du Scorpion.

 

La région colorée de Rho Ophiuchi et d’Antares ressort très nettement sur la droite de l'image. On voit aussi une barre oblique de poussière traverser le centre de notre Voie Lactée. C'est là que se cache le trou noir super-massif de la Voie Lactée. Notre Galaxie est parsemée de remarquables nébuleuses telles que Trifide, la Lagune, la Pipe, NGC 6357, NGC 6334...
"La zone que j’ai représentée sur cette image est une région du ciel incroyablement riche, une des plus belles régions du ciel selon moi" déclare Stéphane Guisard.

Image : Le centre de notre Galaxie vue depuis La Silla au Chili. crédit ESO : GigaGalaxy Zoom

 centre de notre galaxie

Zoom sur la nébuleuse Trifide

    

Le zoom sur la nébuleuse Trifide montre l'incroyable richesse d'étoiles de notre galaxie.
Située à 5 500 années-lumière dans la constellation du Sagittaire (l'Archer), la nébuleuse Trifide, riche en hydrogène, nous expose, sur cette image, ses couleurs. Le  rouge provient de grandes quantités d'hydrogène de la partie centrale, chauffées par de jeunes étoiles.
Ce magnifique objet du ciel, contient aussi une région d'un bleu brumeux qui s'étend à l'extrémité nord supérieure. Des bandes de poussières sombres semblent diviser la nébuleuse en trois lobes, d'où son nom. Ces couches de poussière épaisse qui bloquent la lumière visible sont en fait des régions de formation stellaire quand on les observe à la lumière du proche infrarouge. Charles Messier a été le premier astronome à la décrire comme un amas d'étoiles avec une brume environnante.

 

C'est l'entrée 20 de son catalogue (Messier 20).
Le nom Trifide a ensuite été donné par l'astronome anglais John Herschel. La Nébuleuse Trifide peut facilement être vu dans la partie occidentale du Sagittaire, même avec un petit télescope.

Image : La nébuleuse Trifide prise depuis La Silla au Chili (ESO). Les centaines de milliers d'étoiles environnantes montrent l'incroyable richesse de notre Galaxie.
crédit ESO : GigaGalaxy Zoom

 nébuleuse trifide ESO

Zoom sur la nébuleuse de la Lagune

    

La nébuleuse de la Lagune est un nuage interstellaire géant attrayant et fascinant situé à environ 4 à 5 000 années-lumière dans la constellation du Sagittaire (l'Archer). Les taches sombres que l'on voit tout autour de la nébuleuse sont d'immenses nuages de gaz et de poussières qui s'effondrent sous leur propre poids et va bientôt donner naissance à des groupes de jeunes étoiles qui vont s'allumer. Certains des nuages plus petits sont appelés "globules" et les plus éminents ont été catalogués par l'astronome EE Barnard.
Une vaste usine d'étoiles brillantes connue sous le nom de "nébuleuse sablier ou MyCn18" s'affiche en haut à droite de la Nébuleuse de la lagune. La lueur vive de la nébuleuse sablier, vient d'une puissante bleue, nommée Herschel 36 qui est ancrée dans son cœur. Un rayonnement ultraviolet puissant d'une autre étoile, Sagitarii 9, réchauffe également la nébuleuse.
La nébuleuse de la Lagune héberge le jeune amas ouvert stellaire NGC 6530.

 

Cette région de 50 à 100 étoiles scintille dans la partie inférieure gauche de la nébuleuse. Les observations montrent que le cluster est un peu en avant de la nébuleuse elle-même. Le nom de la nébuleuse de la Lagune vient de la large bande sombre en forme de lagune située au milieu de la nébuleuse et qui la divise en deux sections brillantes. C'est Giovanni Battista Hodierna qui a découvert la nébuleuse de la Lagune vers 1654, l'a décrivant comme un objet nébuleux. Philippe Loys de Chéseaux la qualifie de cluster d'étoiles en 1746. Un an plus tard, Guillaume Le Gentil a ajouté ses propres observations, et depuis, les astronomes nomment la nébuleuse de la Lagune à la fois comme une nébuleuse et un amas stellaire.
Charles Messier, en 1764 a catalogué la nébuleuse de la Lagune comme la huitième entrée de son catalogue (Messier 8).
Cet objet demeure une véritable icône pour les passionnés d'astronomie.

 nébuleuse de la lagune ESO

Image : La nébuleuse de la lagune prise depuis La Silla au Chili (ESO). Les centaines de milliers d'étoiles environnantes montrent l'incroyable richesse de notre Galaxie. crédit ESO : GigaGalaxy Zoom

Zoom sur la supergéante Antares

    

Antares, α (alpha) Scorpii est une étoile variable rouge, la plus brillante de la constellation du Scorpion, située à une distance estimée de 550 années-lumière. La seizième étoile la plus brillante du ciel nocturne, Antares est l'une des plus belles super géantes connues. Antares est extrêmement massive et intrinsèquement brillantes alors que sa température de surface n'est que de 3300 °C.  Antares a une luminosité 10 000 fois supérieure à celle de notre Soleil malgré sa température très froide, par rapport aux normes stellaires. Notre Soleil est une naine par rapport à Antares puisque le diamètre d'Antares est environ 800 fois plus grand que celui de notre étoile. La surface extérieure d'Antares s'étendrait au-delà de l'orbite de Mars, jusqu'à la ceinture d'astéroïdes, si elle été située à la place du Soleil.

 

En dépit de sa circonférence, Antares a une masse de seulement 15,5 masses solaires, ce qui explique la très faible densité moyenne de cette colossale étoile.
Antares, comme beaucoup d'étoiles, est un système binaire. Son compagnon bleu et chaud est appelé Antares B. Ces 2 étoiles donnent la couleur jaune orange à la poussière de la grande nébuleuse par réflexion que l'on voit sur cette image. Chaque année, au alentours du 31 Mars, Antares est en opposition avec le soleil. Cette période permet aux astronomes de l'observer plus facilement, contrairement au 30 Novembre, où sa luminosité est atténuée par l'éblouissement du soleil, pendant près de trois semaines. Le nom Antares vient du grec Αντάρης (Ant-Ares) ce qui signifie "anti Mars", en raison de son teint rougeâtre qui est similaire à celui de la planète Mars.

 la supergéante antares

Image : La supergéante Antares dans la constellation du Scorpion. crédit ESO : GigaGalaxy Zoom

Zoom sur le nuage rho Ophiuchus

    

Le sombre nuage de poussière autour de Rho Ophiuchus est à une distance d'environ 400 années-lumière, ce qui en fait une des plus proches régions de formation stellaire. Le nuage est situé à la fois dans la constellation du Scorpion et celle du Serpentaire (Ophiuchus). Ce remarquable nuage géant autour de l'étoile ρ (Rho) Ophiuchi, est riche en hydrogène moléculaire. Son exceptionnelle vivacité en fait une région caractéristique de formation d'étoiles. Dans ce nuage sombre de gaz et de poussière se cachent la plupart des étoiles. Si elles ne se montrent pas dans la lumière visible, des études infrarouges ont dévoilé plus de 300 jeunes étoiles dans la région centrale de la nébuleuse.

 

Ces observations ont montré que la plupart des étoiles étaient âgées d'environ 300 000 ans. Au fil du temps, ce nuage se contractera lentement sous son propre poids et formera de nouvelles étoiles. Cette région doit sa couleur bleue à la réflexion de l'hydrogène des jeunes étoiles en formation dans le nuage de poussière.

Image : Le sombre nuage de poussière autour de Rho Ophiuchus.
crédit ESO : GigaGalaxy Zoom

 étoile rho du scorpion ophiuchi

Zoom sur la nébuleuse de la Pipe

    

La nébuleuse de la Pipeest une nébuleuse sombre dans la constellation du Serpentaire. Ce nuage de gaz et de poussière s'étend sur un immense territoire dans le ciel, et il appartient à un complexe encore plus grand surnommé Dark Horse Nebula. Malgré son obscurité, les observateurs peuvent facilement repérer la nébuleuse de la Pipe à l'œil nu, à l'abri des lumières de la ville. Elle est située à environ un tiers du chemin entre la nébuleuse de la Lagune et l'étoile Antarès. Lorsque qu'on regarde la nébuleuse de la Pipe, deux traits saillants se dégagent de façon distinctive. L'un représente le tuyau et l'autre le foyer de la pipe.

 

La nébuleuse opaque dessinée par la fumée de la pipe est un nuage qui absorbe la lumière des étoiles d'arrière-plan de la Voie lactée. Edward Emerson Barnard, pionnier de l'astrophotographie, a catalogué une série de nébuleuses obscures, Barnard 59, 65, 66, 67 (le tuyau de pipe), également connu sous le nom LDN 1773 et Barnard 78 (le foyer de la pipe), également connu sous le nom LDN 42.

Image : L'obscure nuage de la nébuleuse de la Pipe.
crédit ESO : GigaGalaxy Zoom

 nébuleuse de la pipe

Zoom sur l'amas d'étoiles du Papillon ou M6

    

Ce papillon aux ailes déployées, nommé Butterfly Cluster est un amas ouvert d'étoiles situé à environ 1600 années-lumière dans la constellation du Scorpion. Cet amas d'une taille de 20 années-lumière, contient une centaine de jeunes étoiles bleues. L'étoile la plus brillante du cluster est extrêmement massive, c'est une supergéante BM Scorpii (aussi appelé HD 160371). Sa teinte jaune orangée et son contraste, la met en valeur dans un voisinage parsemé d'étoiles bleues. Il semble que ce soit l'astronome grec Ptolémée, au premier siècle après JC qui a enregistré cet amas pour la première fois en observant une région voisine d'objets maintenant appelé Messier 7. Le crédit officiel de cette découverte va toutefois, à l'astronome italien Giovanni Battista Hodierna qui a enregistré l'amas du Papillon, en 1654.

 

Un siècle plus tard, il a été redécouvert par plusieurs astronomes, et en 1764, Charles Messier l'a ajouté, comme la sixième entrée de son célèbre catalogue (Messier 6). Les estimations de l'âge de l'amas varient entre 50 millions d'années et 100 millions d'années.

Image : L'amas d'étoiles du Papillon se caractérise par la présence, parmi de nombreuses étoiles bleues, d'une supergéante jaune orangé, de magnitude apparente 4,2.
crédit ESO : GigaGalaxy Zoom

 amas d'étoiles du papillon

Zoom sur la nébuleuse Guerre et paix, NGC 6357

    

La nébuleuse NGC 6357, War and Peace Nebula en anglais, est une nébuleuse en émission située à environ 8 000 années-lumière de la Terre vers la constellation du Scorpion. Les images obtenues dans l'infrarouge moyen ont conduit à son nom évocateur, la nébuleuse de la guerre et de la paix. En effet, parce qu'à ces longueurs d'onde, la partie nord-ouest ressemble à une colombe, alors que la partie orientale ressemble vaguement à un crâne humain. Par contre en lumière visible, comme dans l'image ci-contre, son surnom, la nébuleuse du Homard, semble plus approprié. Cette nébuleuse couvre une vaste zone du ciel de 400 années-lumière de large environ.
Cette grande nébuleuse accueille un amas ouvert d'étoiles, appelé Pismis 24, qui abrite quelques étoiles super massives dont certaines dépassent les 100 masses solaires.

 

Autour de cette région, d'énormes piliers de poussière et de gaz produisent des nuages proto-stellaires, d'étoiles en formation. Le rayonnement ultraviolet intense venant de l'étoile Pismis 24, réchauffe le gaz environnant et diffuse sur l'ensemble de la région, une lueur rouge. Les vents interstellaires, le rayonnement puissant des étoiles et la gravité s'associent pour donner à ces voiles de poussières et de gaz, de magnifiques formes.

Image : Cette superbe photographie en lumière visible, de la nébuleuse NGC6357, ressemble vaguement à un homard, d'où son surnom.
crédit ESO : GigaGalaxy Zoom

 nébuleuse guerre et paix ngc 6357

Zoom sur la nébuleuse de la Patte de Chat, NGC 6334

    

La nébuleuse NGC 6334 ou de la Patte de Chat, the Cat's Paw en anglais, est une nébuleuse complexe par émission, située à 5 500 années-lumière, vers la constellation du Scorpion (Scorpius). Les observateurs peuvent admirer, à l'œil nu, la nébuleuse Cat's Paw, près de l'extrémité de la queue du Scorpion, dans la région sud de la constellation. Les couleurs rouges de la nébuleuse de la Patte de Chat proviennent du flamboiement des étoiles nouvelles, situées en son sein. Certaines d'entre elles sont dix fois plus massives que notre Soleil, dont la masse est égale à 1,9891x1030 kg. Ces jeunes étoiles sont nées au cours des quelques derniers millions d'années. Abritées derrière des nuages massifs de poussière, ces étoiles éclairent et chauffent le gaz environnant, ce qui donne ces lueurs rouges. Le rouge est la signature des atomes ionisés de l'hydrogène .

 

Sir John Herschel, mathématicien et astronome anglais, a découvert la Cat's Paw Nebula le 7 Juin 1837, en l'observant depuis le cap de Bonne-Espérance en Afrique du Sud. Elle est référencée depuis en tant que NGC 6334 dans le nouveau catalogue général.

Image : La nébuleuse NGC 6334 ressemble à une trace de Patte de Chat, d'où son nom. Elle est parfois appelée la nébuleuse de la Patte d'Ours.
La couleur rouge provient du flamboiement des étoiles nouvelles situées en son cœur. Le rouge est la signature caractéristique des atomes ionisés de l'hydrogène.
crédit ESO : GigaGalaxy Zoom

 nébuleuse de la Patte de Chat ou Cat's Paw ou NGC 6334

Voir aussi

     
      
      
 
Terre Lune, tailles et distance sont à l'échelle
1997-2013 © Astronoo.com - Astronomie, Astrophysique, Évolution et Sciences de la Terre.
Directrice Artistique & Créative : Mylène Simoes
Nous contacter    Mentions légales
Nébuleuse de la Patte de Chat en vidéo
Nébuleuse de la Patte
du Chat en vidéo...
 
Nébuleuse de la Pipe en vidéo
Nébuleuse de la Pipe
en vidéo...
 
nébuleuse par reflexion
Les plus beaux
nuages de poussières...
 
L'Univers des rayons X
L'Univers des rayons X...
 
onde de gravitation BICEP2
Les ondes
gravitationnelles...
 
pulsar
Le pulsar à la une main tendue...
 
Poussière interstellaire
Composition de la
poussière interstellaire... 
 
les géantes bleues et rouges...
Géantes bleues et rouges...
 
Fusion de 3 galaxies - Tinker Bell - Fée Clochette
La Fée clochette
fusion de trois galaxies...
 
Nébuleuses obscures ou sombres
Le clair et l'obscur
des nébuleuses...
 
nébuleuse de la Tête de Sorcière ou IC 2118
Nébuleuse
de la Tête de Sorcière...
 
forêt Lyman
La matière noire
existe-t-elle ?
 
bulle Lyman-apha (LAB)
Bulles Lyman-alpha...
 
Collision de 2 galaxies, la petite déchire la grande NGC 6745
Une petite galaxie déchire
la grande NGC 6745...
 
la voie lactée
Zone centrale
de la Voie Lactée...
 
galaxie Andromède ou M31
Andromède dans l'ultraviolet...
 
les pléiades ou les 7 soeurs
Les 500 étoiles
des Pléiades...