fr en es pt
astronomie
 
 
 
 
 
 
      rss astronoo   à propos   google+     
 

Les années les plus chaudes depuis 1880

Notre planète est vivante

   Catégorie : écologie
Mise à jour 19 janvier 2013

La Terre est une planète vivante, actuellement ce "macro organisme" est fiévreux et l'humanité qui l'habite, panique à chaque inondation, tempête, tsunami et autre tremblement de Terre. Et pourtant nous continuons, d'année en année, à favoriser l'augmentation de la température à l'intérieur de la serre qui nous protège depuis des millions d'années.
Les 9 années les plus chaudes depuis 1880, se situent entre 2000 et 2012, d'après les scientifiques de la NASA. Les prévisions à moyen terme sont alarmistes, un réchauffement de 1,4 à 5,8° Celsius est en effet prévu d’ici à la fin du 21ème siècle. Ce sera la plus forte augmentation de température qu’aura connu la Terre depuis 10 000 ans. Entre la période glacière, il y a 20 000 ans et la période la plus chaude, il y a 7 000 ans, il n'y avait que 7°C de différence. Si la température de la Terre augmente en un siècle de 5,8° Celsius comme annoncé, le monde vivant devra s'adapter très rapidement. Les premières conséquences de ce réchauffement sont déjà visibles. En effet nous constatons tous les jours que les glaciers reculent, que les inondations sont de plus en plus catastrophiques, que les périodes de sècheresses reviennent de plus en plus fréquemment, que la banquise arctique diminue...
Cependant, l'échelle de l'humanité est si petite par rapport à l'échelle géologique qu'il est prétentieux de croire qu'un réchauffement de cette ampleur n'est jamais arrivé dans le passé. Il y a certainement beaucoup de facteurs qui peuvent influencer le climat de la Terre et nous sommes loin de les connaitre tous.
Cependant de nombreuses analyses montrent notre implication dans ce réchauffement global des températures à la surface de la Terre. Nous sommes conscient de cela et il est probable, malgré "tous nos efforts", que nous ne parviendront pas à modifier la courbe amorcée de la température.

 

L'empreinte écologique globale, créée dans les années 1990 par MM. Mathis Wackernagel et William Rees, deux chercheurs de l'Université British Columbia, à Vancouver, est la pression exercée par l'humanité sur la nature. Elle évalue la surface productive nécessaire à une population pour répondre à sa consommation de ressources et à ses besoins d'absorption de déchets. Cette demande dépasse depuis 2007 les limites des capacités de régénération des écosystèmes. L’économie humaine est en dépassement écologique.
L’empreinte écologique globale de l’humanité a augmenté de 50 % entre 1970 et 1997, soit une hausse d’environ 1,5 % par an. La prolifération croissante de l'espèce humaine sur la planète  peut provoquer un véritable effondrement environnemental car l'humanité utilise l’eau plus rapidement qu’elle ne se recharge dans le sol. Elle coupe les forêts plus rapidement qu’elles ne se régénèrent, émet du CO2 dans l’atmosphère plus rapidement qu’elle peut l'absorber.
Les sociétés humaines sont encore des sociétés animales, elles exploitent jusqu'à épuisement totale, les ressources dont elles disposent.
Tôt ou tard, nous devrons nous réorganiser et nous adapter comme nous l'impose à chaque fois la "Nature".

Image : Ces cartes en couleur affiche les anomalies de températures mondiales en surface de 1980 à 1984 et de 2008 à 2012. Les élévations de température les plus élevés par rapport à la normale (moyenne de 1951 à 1980), en bleu, les anomalies négatives (jusqu'à -2 °C) et en rouge les positives (jusqu'à +2 °C).
Crédit: NASA / Goddard Space Flight Centre Visualisation studio scientifique NASA Goddard Institute for Space Studies.

 Température globale entre 1980 et 1984

Image : Ce planisphère montre les anomalies de température de 1980 à 1984.

Température globale entre 2008 et 2012

Image : Ce planisphère montre les anomalies de température de 2008 à 2012.

Les 10 années les plus chaudes

    

La température à la surface du globe en 2012 était supérieure de 0,55°C (1°F), par rapport à la moyenne des températures de 1951-1980 (source de données venant de l'Institut Goddard pour les études spatiales publiées en janvier 2013).
La température de la planète varie d'année en année, si rapidement qu'il est possible de se représenter sur une carte en couleur, cette augmentation comme un indicateur sensible de la fréquence des anomalies climatiques. La température moyenne mondiale sur 5 ans, stagne depuis une dizaine d'années, ce que nous interprétons comme une combinaison de variables naturelles et un ralentissement du taux de croissance du forçage climatique. L'analyse de la NASA révèle que 2012 a eu pratiquement la même température globale que 2011, nettement inférieur au maximum atteint en 2010. Ces fluctuations mondiales à court terme sont associées principalement avec les oscillations naturelles de températures de la surface de la mer du Pacifique tropical. Mais 2012 est nominalement la neuvième année la plus chaude depuis 1880. Nous rejetons de plus en plus de CO2 et autres déchets nauséabonds et cela risque de continuer, car les besoins en énergie de la population mondiale augmentent, avec la démographie. Nous remarquons à la fois que la nature se déchaine de plus en plus violemment et en même temps, que le monde du vivant se bat pour s'adapter à ces fluctuations climatiques, en abandonnant les plus faibles. Tout se passe comme si notre "macro organisme", la Terre, subit en ce moment une petite "fièvre". Tout comme chez les animaux à sang chaud, la fièvre est une réaction de défense contre une agression interne qui l'oblige à activer certains mécanismes immunitaires pour retrouver son équilibre. Espérons simplement que ces mécanismes ne combattent pas l'homme comme s'il s'agissait d'un agent infectieux étranger. L'humanité maintenant avisée doit prouver qu'elle est un constituant propre et non étranger de la planète Terre.

Nota : Les 10 années les plus chaudes ont toutes été enregistrées au depuis 1998. La tendance au réchauffement à long terme, y compris le réchauffement continu depuis les années 1970, a été définitivement associé aux gaz à effet de serre anthropiques, devenu important au début du 20e siècle.

 

Vidéo : L'analyse de la NASA de la température de surface de la Terre montre que 2012 est la neuvième année la plus chaude depuis 1880. C'est à partir de 1880, que les données de la température mondiale sont enregistrées avec suffisamment de stations météorologiques à travers le monde. Les scientifiques de l'Institut Goddard ont comparé la température moyenne de chaque année, à la moyenne de 1951 à 1980. Cette période de 30 ans fournit une base permettant de mesurer le réchauffement de la Terre dû à l'augmentation des niveaux atmosphériques de gaz à effet de serre. En bleu, les anomalies négatives (jusqu'à -2 °C) et en rouge les positives (jusqu'à +2 °C).
Crédit : NASA / Goddard Space Flight Centre Visualisation studio scientifique NASA Goddard Institute for Space Studies.

Voir aussi

     
      
 
Terre Lune, tailles et distance sont à l'échelle
1997-2013 © Astronoo.com - Astronomie, Astrophysique, Évolution et Sciences de la Terre.
Directrice Artistique & Créative : Mylène Simoes
Nous contacter    Mentions légales
les pluies acides
Pluies acides
au delà du naturel...
 
la sélection naturelle, la phalène du bouleau
Sélection naturelle,
la phalène du bouleau...
 
asperatus
Asperatus et
les nouveaux nuages...
 
les tempêtes solaires
La tempête parfaite aurait
des effets dévastateurs...
 
météosat
Le niveau des mers
monte de combien ?