fr
astronomie
 
 
 
 
 
 
      rss astronoo   à propos   google+     
 

Images du mois

 2007  2008  2009  2010  2011  2012 

Octobre 2012

    

En une seule image, la caméra du télescope Ritchey Chrétien (1,8 m de diamètre) le plus puissant instrument de surveillance du ciel, nous montre notre vaste univers dans cette spectaculaire vue céleste.
Regardant dans la direction du Sagittaire, cette image couvre quasiment un champ de 3 degrés, soit l'équivalent de 6 pleines lunes. En bas de l'image, on peut y voir la Nébuleuse de la lagune (M8), la brillante Nébuleuse de la Lagune est un objet magnifique de formation d'étoiles, facilement visible à l'œil nu comme une grande tâche brumeuse située à une distance estimée à 5000 années lumière. En haut la nébuleuse trifide (M20), la photogénique nébuleuse Trifide est une brillante nébuleuse circulaire, riche d'étoiles chaudes situées dans le Sagittaire (l'Archer). C’est à la fois une nébuleuse à émission et à réflexion. En bas à gauche, NGC 6559 dans le champ stellaire surpeuplé du centre de la Voie lactée.

 

La palette de couleurs ici retenue présente en rouge la poussière interstellaire et en vert l'émission normalement rouge des atomes d'hydrogène.
Construit et exploité par le projet Pan-STARRS, cet instrument associe une caméra de 1,4 gigapixels (milliard de pixels) à 1 télescope Ritchey Chrétien de 1,8m de diamètre.
Le projet Pan-STARRS a pour mission de passer le ciel au peigne fin dans le but d'y détecter des comètes et des astéroïdes potentiellement dangereux pour la Terre. Il est particulièrement adapté à cette mission du fait de son champ de vision étendu qu'il observe en haute résolution.

Image : Pan-STARRS and Nebulae
Image Credit: PS1 Science Consortium
Processing: Nigel Metcalfe, Peter Draper (Durham Univ.)Gene Magnier (IfA Hawaii).

 vue céleste du centre de la voie Lactée (Pan-STARRS)

Septembre 2012

    

Cette galaxie a vraiment un aspect anormal mais en fait, la galaxie NGC 6745 est le résultat d'une collision entre deux galaxies ou plus exactement une traversée de l'une par l'autre. Ces deux galaxies se sont traversées il y a seulement quelques centaines de millions d'années, on voit encore en bas à droite, une partie de la seconde galaxie, la plus petite, en train de s'éloigner, déchirant une partie de la grande galaxie.
La grande galaxie était avant la collision cosmique, une galaxie spirale. Il lui faudra encore quelques centaines de millions d'années pour réparer son tissu stellaire et retrouver sa forme spiralée originale. Il est probable qu'aucune étoile ne soit rentrée en collision avec une autre, cependant, le gaz, la poussière et les champs magnétiques ambiants ont eux directement interagi pour présenter l'aspect d'un nuage  étiré par le vent.

 

La gravité a déchirée le tissu stellaire de la grande galaxie et a comprimé la poussière et le gaz dans lequel est en train de naitre des étoiles (bas à droite). NGC 6745 s'étend sur environ 80 000 années-lumière de long, et se trouve à 200 millions d'années-lumière de la voie lactée.

Image : Collision de galaxies dans NGC 6745. Image Crédit : NASA, ESA, and the Hubble Heritage Team (STScI/AURA) - ESA/Hubble Collaboration Acknowledgment Roger Lynds (KPNO/NOAO) et al.

 Collision de galaxie NGC 6745

Juillet 2012

    

L'image des cordes de flux sur le Soleil montre les boucles magnétiques solaires, captées par l'Observatoire de la NASA Solar Dynamics (SDO). Cette image a été traitée pour mettre en valeur les bords de chaque boucle afin de rendre la structure plus claire. Une série de boucles comme celle-ci est appelée corde de flux, elles sont au cœur des éruptions solaires connues sous le nom "éjections de masse coronale" ou CME. C'est la première fois que les scientifiques ont été capables de saisir le moment où un flux de corde se forme. Bien que maintenu par la gravité, le plasma n'a pas une rotation homogène, au niveau de l'équateur solaire le plasma accompli une révolution tous les 25 jours terrestres tandis qu'aux pôles il met environ 35 jours. Cette rotation différentielle crée des lignes de champs magnétiques tortillées et emmêlées, d’où s’élèvent des boucles de proéminences dans l'atmosphère solaire.

 

Lorsque l'énergie accumulée doit se libérer, la masse de plasma est alors propulsée dans l'espace. Quand une tache solaire libère son énergie magnétique cela provoque une énorme explosion d’environ un milliard de mégatonnes, à la surface du Soleil. Les éruptions solaires envoient en permanence des particules de haute énergie dans l'espace et de temps en temps une bulle de plasma radioactive et surchauffée atteint notre Terre.

Image : Cordes de flux sur le Soleil capturées le 19 Juillet, 2012. Crédit image: NASA / Goddard Space Flight Center / OSS.

 Cordes de flux solaire ou boucle magnétique

Janvier 2012

    

La station spatiale internationale photographiée en perspective, devant la Lune, le 4 janvier 2012 depuis Houston. ISS qui tourne sur une orbite basse, à 240 km d'altitude autour de la Terre, passe de temps en temps devant la Lune qui elle, est située entre 363 300 km et 405 500 km de la Terre.
La station spatiale internationale est repérable, dans le ciel nocturne, assez facilement, car elle reflète intensément les rayons du Soleil, grâce à sa superficie de 2 500 m2 de panneaux solaires, qui fournissent les 110 kW d'électricité dont elle a besoin pour fonctionner.
Avec ses 400 tonnes de technologie, ISS est le plus grand des objets artificiels placés en orbite terrestre. Le satellite mesure 110 mètres de largeur, 74 mètres de longueur et 30 mètres de hauteur.
Son déplacement rapide dans le ciel, à la vitesse de 27 700 km/h soit 7,7 km/s, correspond à peu près à un déplacement de un degré par seconde. ISS fait 15 fois par jour le tour de la Terre, ce qui correspond à peu près, à 1 tour toutes les 90 minutes.
Cette type d'image pourra être encore capturée jusqu'en 2020, car il est possible qu'à cette date, la station soit désorbitée.

 

La désorbitation contrôlée, de la station relève de la responsabilité de la NASA.
Il est envisagé qu'un vaisseau cargo la ramène dans les couches basses de l'atmosphère afin qu'elle se désintègre et tombe en petit morceaux, sur Terre.

Image : image réalisée le 4 janvier 2012 par la NASA, depuis Houston © NASA

 ISS devant la Lune

Voir aussi

     
      
      
MOM, la démonstration
technologique indienne...
 
Terre Lune, tailles et distance sont à l'échelle
1997-2013 © Astronoo.com - Astronomie, Astrophysique, Évolution et Sciences de la Terre.
Directrice Artistique & Créative : Mylène Simoes
Nous contacter    Mentions légales
astronoo sur votre mobile
mobile tag astronoo
comment utiliser ce tag ?Découvrez comment utiliser ce petit carré noir ou code QR, lisible à partir d'un téléphone portable.
Une application doit-être téléchargée puis installée sur votre mobile, ensuite il suffit de prendre en photo le carré noir pour aller sur le lien.
Son utilisation est gratuite.
Les logiciels pour iPhone sont QR Reader, 2D Sense, Mobiletag,...
Les logiciels pour Android sont QR ixMAT, Barcode scanner , Mobiletag,...
 
cyclone catarina
Réchauffement climatique
planétaire...
 
volcan rouge
Volcans effusifs et
éruptifs de la Terre...
 
astéroïde
Astéroïde la menace
pour la vie...