fr en es pt
astronomie
 
 
 
 
 
 
      rss astronoo   à propos   google+     
 

Amalthée lune de Jupiter

Amalthée, la lune rouge

   Catégorie : lunes
Mise à jour 01 juin 2013

Amalthée fut découverte en 1892 par l'astronome américain Edward Emerson Barnard à l'aide du télescope de 91 cm de l'observatoire Lick.
Amalthée est le premier satellite de Jupiter découvert depuis les lunes galiléennes de 1610.
La surface d'Amalthée est très rouge, sa réflectivité augmente avec la longueur d'onde depuis le vert vers l'infrarouge. La période de révolution d'Amalthée est de 12 jours et la rotation autour de son axe est synchrone, c'est à dire 12 jours. Sa surface est très cratérisée, ses cratères sont très grands par rapport à la taille d'Amalthée. Amalthée est constitué de glace et de débris très poreux. Le cratère Pan, le plus grand, mesure 100 km de diamètre et il est profond d'au moins 8 km. Le cratère Gaea, mesure 80 km, il est environ deux fois plus profond que Pan.
Amalthée possède deux montagnes, Mons Lyctas et Mons Ida. La lune orbite autour de Jupiter à la distance de 181 000 km. L'orbite d'Amalthée est très proche du bord externe de l'anneau Gossamer. Cet anneau est composé de poussières éjectées du satellite. Amalthée ne doit pas être confondue avec l'astéroïde (113) Amalthée. Le nom Amalthée, vient de la nymphe qui nourrit Jupiter.

 Amalthée satellite de Jupiter

Image : Image prise en 1999 par la sonde Galileo

 
Amalthea (Jupiter V)Characteristics
  
Dimensions262x146x134 km
Mass2,1x1018 kg
Axial tilt0
Periapsis181 150 km
Apoapsis182 840 km
Eccentricity 0.00319
Escape velocity ≈ 0.0581 km/s
Orbital period0.49817943 d
Rotation periodsynchronous
discovered date September 9, 1892
discovered byEdward Emerson Barnard

nota : le 5 novembre 2002, la sonde Galileo survola Amalthée à 160 km d'altitude. Lors de ce survol rapproché, aucune photo d'Amalthée, n'a été publiée, les seules vues publiées du 5ème satellite jovien, manquent de netteté.

Amalthée et Métis sur Gossamer

    

Jupiter est un soleil raté, lors de sa formation loin du Soleil, cette planète géante n'a pas atteint une masse suffisante pour engendrer des réactions nucléaires (Masse = 318 fois la Terre). Cependant, Jupiter dégage plus d'énergie dans l'espace qu'elle n'en reçoit du Soleil. Comme les planètes rocheuses (Mercure, Venus, Terre et Mars), les quatre lunes de Jupiter (Ganymède, Callisto, Io et Europe) se sont formées tout près. Les petits objets de forme irrégulière, ont vraisemblablement été capturés pendant ou après la formation des lunes galiléennes. Amalthée semble avoir était formée loin de la chaleur de Jupiter, dans les régions froides du système solaire.
Il est possible qu'il s'agit d'un astéroïdes capturés par l'énorme force de gravité de Jupiter. Il est très difficile d'observer les petites lunes de Jupiter car elles sont noyées dans l'immense halo lumineux de la planète géante. Les seules photos publiées d'Amalthée, sont floues. Dans le proche infrarouge les spectres lumineux des petits satellites intérieurs comme Amalthée, Métis, Thébé et autres, sont similaires à ceux des astéroïdes, c'est à dire, de type D de longueur d'onde 2,5 micromètres.

 

Une caractéristique d'absorption profonde a été détectée à 3 micromètres dans les spectres de la partie arrière d'Amalthée, ce qui correspond à ceux des éléments non glacés de Callisto et peuvent être attribués à des minéraux hydratés.
Ces matériaux de surface ne peuvent être expliqués, que si le satellite s'est formé sur son orbite actuelle, par accrétion à partir de la nébuleuse circumjovien. Amalthée, Métis et Thébé peuvent aussi être les restes des blocs de construction de Jupiter.

Image : Cette image a été prise avec la caméra infrarouge IRTF installation, NSFCAM. Afin de voir les petites lunes proches de Jupiter, un filtre a été utilisé pour supprimer les reflets de la planète et améliorer la détection des anneaux et des petits satellites intérieurs. Sur la photo, le plus brillant satellite, est Amalthée, cette lune apparait posée au dessus de l'anneau Gossamer, sur le bord gauche de l'image. On peut apercevoir aussi, Métis, la petite lune intérieure, de 40 km de diamètre qui longe la bordure de l'anneau Gossamer (à droite sur la photo).

 les anneaux de Jupiter vus en infrarouge

Lunes de Jupiter

    

Jupiter, la plus grande planète du système solaire est entourée de plus de 60 satellites naturels.
Les premières lunes de Jupiter furent découvertes en 1610. Galileo Galilei découvrit à cette époque les quatre plus grands satellites du système jovien Io, Europe, Ganymède et Callisto.
Ces lunes appelées depuis galiléennes,  furent les premières a être observées hormis celle de la Terre. Aujourd'hui grâce aux sondes spatiales, nous avons une vue plus complète du système Jovien.
C’est la série des missions Voyager qui a permis de lever le voile sur le système jovien en découvrant en 1979, Métis, Thébé et Adrastée.
Avant l'ère spatiale, les astronomes avaient découverts Amalthée (1892), Himalia (1904), Élara (1905), Pasiphaé (1908), Sinopé (1914), Lysithéa et Carmé (1938), Ananké (1951), Léda (1974) et Thémisto (1975). Entre 1979 et 1999, aucun nouveau satellite de Jupiter ne fut découvert et il fallut attendre le 6 octobre 1999, pour que le programme Spacewatch découvre une nouvelle lune à Jupiter, Callirrhoé.

 

Des observations en 2000, révélèrent dix nouvelles lunes, portant le nombre de satellites à 28 après la redécouverte de Thémisto, Kalyké, Jocaste, Érinomé, Harpalyké, Isonoé, Praxidiké, Mégaclité, Taygèté, Chaldéné et S/2000 J 11. L'année suivante, onze autres lunes furent découvertes, amenant le total à 39, Hermippé, Eurydomé, Spondé, Kalé, Autonoé, Thyoné, Pasithée, Euanthé, Orthosie, Euporie et Aitné. En 2002, une seule lune, Arché, fut découverte.
En 2003 il y a la découverte de 23 nouveaux satellites, Eukélade, S/2003 J 2, S/2003 J 3, S/2003 J 4, S/2003 J 5, Hélicé, Aœdé, Hégémone, S/2003 J 9, S/2003 J 10, Kallichore, S/2003 J 12, Cyllène, S/2003 J 14, S/2003 J 15, S/2003 J 16, S/2003 J 17, S/2003 J 18, S/2003 J 19, Carpo, Mnémé, Thelxinoé et S/2003 J 23.
La plupart des 47 satellites découverts après les années 2000 sont de petites lunes de quelques kilomètres de diamètre, le plus grand atteignant à peine 9 km.
En 2006, on connaissait 63 lunes à Jupiter, le record du système solaire.

 
Moons of JupiterDiameter (km)Mass (kg)
   
Ganymede (Jupiter III)52621.5×1023
Callisto (Jupiter IV)48211.1×1023
Io (Jupiter I)36438.9x1022
Europa (Jupiter II)31224.8×1022
Amalthea (Jupiter V)262x146x1342.1x1018
Himalia (Jupiter VI)1706.7×1018
Thebe (Jupiter XIV)110x901.5x1018
Elara (Jupiter VII)868.7×1017
Pasiphae (Jupiter VIII)603.0×1017
Carme (Jupiter XI)461.3×1017
Sinope (Jupiter IX)387.5×1016
Lysithea (Jupiter X)366.3×1016
Ananke (Jupiter XII)283.0×1016
Adrastea (Jupiter XV)20x16x140.2x1016
Leda (Jupiter XIII)160.6×1016
Callirrhoe (Jupiter XVII)90.087×1016

Voir aussi

     
      
 
Terre Lune, tailles et distance sont à l'échelle
1997-2013 © Astronoo.com - Astronomie, Astrophysique, Évolution et Sciences de la Terre.
Directrice Artistique & Créative : Mylène Simoes
Nous contacter    Mentions légales
point de lagrange
Points de Lagrange
L1, L2, L3, L4 ,L5...
 
Galaxie NGC1672
Sommes-nous seuls ?
 
planètes naines
La planète naine ne fait
pas place nette...
 
haumea planète naine
Haumea et sa famille collisionnelle...
 
la ceinture de Kuiper
Objets de la
ceinture de Kuiper...
 
ceres le plus gros astéroïde
Cérès, le plus gros
des astéroïdes...